Traitement de la douleur

Un acte de radiologie interventionnelle consiste à « intervenir » par une simple ponction à l’aiguille au travers de la peau pour procéder à divers traitements (injection de cortisone autour d’un nerf qui est comprimé par une hernie discale (sciatique) ou à la surface d’un tendon qui est enflammé (tendinite), etc.).

La radiologie interventionnelle correspond à l’utilisation des techniques d’imagerie dans un but thérapeutique. 

Cela nécessite au préalable que le bon diagnostic soit posé et que la « cible » à traiter (nerf comprimé, tendon enflammé, etc.) soit bien démontrée.

L’acte interventionnel est le plus souvent guidé par échographie (échoguidage). Cette technique, simple et peu coûteuse, permet de suivre en temps réel le positionnement exact de l’aiguille par rapport à la cible à traiter. Grâce à la précision millimétrique de ce type de guidage, une dose de cortisone adaptée, réduite par rapport à une prise orale, peut être délivrée exactement sur la zone-cible pour une efficacité optimale.

Bien que l’évolution technologique rende ces traitements minimalement invasifs plus simples, la dextérité manuelle et l’expérience du radiologue interventionnel sont décisives pour le succès de l’intervention qui se fait selon un protocole strict (asepsie, type d’aiguille et de médicament, voie d’abord, fréquence d’injection,...).

 

SITUATIONS FREQUENTES

Douleurs de l’épaule

Les douleurs de l’épaule sont très fréquentes et d’origines diverses : arthrose, tendinite, bursite, déchirure de tendon,... Une autre cause fréquente est la tendinite calcifiante. Cette affection douloureuse est due à la présence d’un dépôt de calcium dans un tendon de la coiffe des rotateurs. Ce dépôt se crée en quelques années et devient le plus souvent symptomatique s’il dépasse la taille de 1 cm ou qu’il se fissure, ce qui déclenche des douleurs intolérables.

Hormis le traitement anti-inflammatoire usuel, il existe un traitement simple et très efficace (82% de résultats positifs après une seule séance selon l’étude présentée par le Dr Dominique Fournier aux Journées Françaises de Radiologie, Paris, 2003), mais méconnu, pour traiter la tendinite calcifiante : la ponction-lavage sous guidage échographique. Une fois la calcification repérée par échographie, elle est ponctionnée directement pour la dissoudre en y injectant de l’anesthésique puis est aspirée. 

Ce type de ponction-lavage est plus simple, moins onéreux et moins invasif que le même traitement effectué sous radioscopie ou par arthrographie. Il devrait donc être proposé rapidement aux personnes qui souffrent de cette affection.

Douleur sous le talon

Cette douleur est causée par une inflammation d’un tendon qui relie la base des orteils à la partie inférieure du calcanéum (talon), endroit où se focalise principalement la douleur. Cette affection, appelée fasciite plantaire est souvent favorisée par la présence d’un « éperon » osseux sous le calcanéum.

Touchant diverses catégories de patients (sportifs, personnes en surpoids ou âgées) cette affection invalidante peut être traitée efficacement par une injection locale de cortisone sous guidage échographique. La plupart des patients sont définitivement soulagés après une unique séance déjà.

TRAITEMENT MINIMALEMENT INVASIF

Ces traitements sont appelés «minimalement invasifs» car ils ne nécessitent pas d’anesthésie générale, ni d’incision de la peau et sont effectués en ambulatoire. Ils représentent souvent une alternative à un acte thérapeutique plus invasif, telle qu'une intervention chirurgicale.

Les avantages sont les suivants :

  • Efficacité reconnue
  • Risque de complication diminué
  • Coût moindre
  • Durée d'incapacité plus courte
  • Traitement ambulatoire (pas d'hospitalisation)
PRP (Plasma Riche en Plaquettes)

Attention, il faut demander à votre caisse assurance si cet acte est pris en charge.
L’injection PRP est une méthode d’injection naturelle et sans produits étrangers, elle utilise un produit autologue (provenant du patient lui-même), son plasma provenant de son propre sang.

Ce traitement naturel et innovant permet d’améliorer la vitalité des tissus et de les réparer. Elle stimule la fabrication du collagène et la multiplication des fibroblastes.

Utilisé dans le cas de lésion des tendons (coudes, poignet, épaules, talons, hanches, genoux).

PRP + AH (avec Acide Hyaluronique)

Plus spécifique pour le traitement de l'arthrose.

Attention, il faut demander à votre caisse assurance si cet acte est pris en charge.





Précautions particulières à observer

Le mécanisme naturel de guérison est complexe. Afin de ne pas altérer le processus, il est recommandé d’éviter :

  • les anesthésiques locaux, afin de ne pas diminuer l’action des plaquettes

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) qu’il est préférable d’ arrêter 2 semaines avant et 2 semaines après l’injection.

Le paracetamol peut être utilisé.

LE SUIVI POST-INJECTION

Un traitement par physiothérapie avec stimulation mécanique du tendon est généralement indiqué après une injection de PRP.

LA CONVALESCENCE

Contrairement aux infiltrations de corticoïdes à but anti-inflammatoire, l’injection de PRP contribue à la guérison définitive de la zone lésée en favorisant la réparation de la fibre de collagène. Les résultats apparaissent donc après plusieurs mois (en moyenne entre 4 et 12 mois). Selon notre expérience, nous avons cependant constaté un soulagement rapide de la douleur déjà après 48 heures.

Flyer PRH +AH

×