Première mondiale : un scanner de toute dernière génération à l’Institut de Radiologie de Sion (IRS)

A la pointe de la recherche clinique et de l’innovation, le réseau 3R a réceptionné ce jour à Sion le premier modèle commercialisé au monde du scanner spectral GE Revolution Frontier. Grâce à ce renouvellement d’équipement, 3R disposera au cœur du Valais d’un scanner à l’avant-garde de l’imagerie diagnostique et interventionnelle, ainsi que de la radioprotection.

Le scanner spectral Revolution Frontier – équipement de dernière génération développé par la société
GE Healthcare – a été conçu pour répondre à tous les besoins en radiologie du patient. Il dispose d’une chaîne d’imagerie entièrement nouvelle grâce à laquelle des détails anatomiques inférieurs à 0.23 mm pourront être visualisés. Il permet par ailleurs de réaliser de l’imagerie spectrale et ainsi de différencier des substances, telles que des produits de contraste iodés, du calcium, de la graisse ou de l’acide urique. Le radiologue dispose ainsi en une seule acquisition de précieuses informations qualitatives et quantitatives. L’imagerie spectrale ouvre également de nouvelles perspectives d’application comme, par exemple, une détection améliorée des lésions du foie ou une caractérisation des lésions des reins, rendant potentiellement inutiles les examens de suivi. « Il s’agit d’un investissement important pour le Valais et au-delà qui offre à nos patients et à nos médecins partenaires un équipement high-tech de proximité » souligne le Dr Dominique Fournier, fondateur et Président de 3R.

Plateforme de la radiologie d’aujourd’hui et du futur grâce à son évolutivité logicielle, le scanner spectral Revolution Frontier est la première version commercialisée au monde par GE Healthcare, leader mondial de l’imagerie médicale. « C’est une chance extraordinaire pour notre réseau de disposer d’un équipement de ce niveau à la hauteur de notre expertise clinique, se réjouit le Dr Hugues Brat, Directeur médical de 3R.  Ce scanner est également à la pointe en matière de radioprotection et permet de réduire significativement la dose d’irradiation pour les patients et de réaliser des infiltrations à basse dose en temps réel. »

Les patients bénéficieront également d’un confort accru grâce à une diminution du bruit de 25% et à un délai de restitution des images deux fois plus court.

Livré ce jour à l’IRS, le scanner sera pleinement opérationnel à fin juillet.

×