« Comme tous les centres du Réseau 3R, le CIMA à Martigny est un hub qui ouvre la porte au meilleur de la radiologie en Suisse et à l’étranger »

Hongrois d’origine ayant grandi en terres vaudoises et valaisan de cœur, le nouveau chef du Centre d’Imagerie de Martigny (CIMA) place la qualité de la relation médecin-patient au premier plan. Spécialisé en imagerie interventionnelle et en imagerie abdominale, le Dr Georges Krompecher est un passionné de la radiologie généraliste qu’il pratique au quotidien.


Vous avez repris la direction du CIMA en début d’année. Quel est le parcours qui vous a mené jusqu’au Réseau 3R et en Valais en particulier ?

J’ai suivi mes études de médecine à Lausanne, puis ma spécialisation en radiologie au CHUV, à l’Hôpital cantonal de Fribourg, ainsi que dans les hôpitaux de Sion et de Sierre. Mais la part du lion, je l’ai réalisée en tant que chef de clinique en radiologie au General Hospital de Montréal, rattaché à la faculté de médecine Mc Gill. Cette expérience dans l’une des meilleures universités d’Amérique du Nord m’a permis d’acquérir des compétences pointues en imagerie médicale. Avec ses trois millions d’habitants, Montréal offre une masse critique quotidienne d’examens radiologiques inégalable dans un hôpital suisse. A mon retour, j’ai exercé plusieurs années comme médecin cadre dans un institut privé de radiologie de Sion. Pourquoi le Valais ? D’aussi loin que je me souvienne, j’y ai passé tout mon temps libre car c’est l’endroit qui correspond le mieux à ma vision de la vie. Le Valais s’est imposé à moi comme une évidence !

Parmi les domaines de la radiologie, quelle est votre spécialité ? 

Mes préférences personnelles et mon parcours professionnel font que je suis très versé dans l’imagerie abdominale et interventionnelle. Depuis que j’ai quitté le monde hospitalier, je pratique surtout l’interventionnel non vasculaire, plus adapté à un centre radiologique privé qui ne dispose pas de piquet chirurgical de secours. Cette spécialisation permet, surtout au moyen de l’échographie (technique non irradiante), de diagnostiquer et aussi de traiter des pathologies très diverses telles qu’une épicondylite, une tendino-bursite de la coiffe des rotateurs, les kystes para articulaires, une bursite inter-métatarsienne, une déchirure musculaire du mollet avec un hématome, une arthrose du genou ou encore un nodule dans le sein. Mon deuxième centre d’intérêt est l’imagerie abdominale, soit tout ce qui se situe entre le diaphragme et le plancher pelvien.

Mais ces spécialisations n’ont en rien altéré ma passion pour la radiologie généraliste. J’éprouve en effet le besoin de pratiquer « toute » la radiologie, ce que j’ai la chance de réaliser au quotidien en tant que radiologue responsable du CIMA. Je peux en effet diagnostiquer un hallux valgus le matin, drainer un abcès abdominal à midi, accomplir une infiltration de l’épaule en début d’après-midi, identifier une malformation cérébrale en fin de journée et effectuer une mammographie le soir. La radiologie en milieu hospitalier est beaucoup plus cloisonnée, car hautement spécialisée. Les deux pratiques sont pourtant essentielles et complémentaires. Il ne se passe pas un jour sans que je n’échange avec l’un ou l’autre de mes confrères spécialisés du Réseau 3R, grâce à notre réseau informatique très performant.

Le CIMA est localisé dans le bâtiment de la permanence médicale VIGIMED à Martigny. Votre activité s’en trouve directement influencée…

C’est en effet une particularité de notre centre. Installé dans les locaux de Vigimed, le CIMA assure la radiologie de la permanence médicale et des médecins installés dans le bâtiment. Cette collaboration découle du bon sens dicté par la proximité. Mais il n’en demeure pas moins que nous sommes le Centre d’Imagerie de Martigny de 3R – Réseau Radiologique Romand – et restons ouverts à tous les patients et médecins qui le souhaitent.

En 2018, votre centre a obtenu le label 5 étoiles Eurosafe décerné par la Société européenne de radiologie pour valoriser les meilleures pratiques en matière de radioprotection. A quoi est due cette reconnaissance ? 

En plus de nos équipements de pointe, parmi lesquels l’IRM 3 Tesla, le Réseau 3R fait figure de pionnier en matière de radioprotection sous le fer de lance de son directeur médical, le Dr Hugues Brat, et de son fondateur, le Dr Dominique Fournier de Nendaz. Le Dr Brat et son équipe de recherche ont développé des protocoles de radioprotection très novateurs, permettant une réduction de 30% des doses délivrées. Le CIMA – comme les autres centres 3R – bénéficie ainsi directement de ces avancées. L’Office fédéral de la santé publique va lancer un audit des différents sites radiologiques suisses en matière de radioprotection et le Réseau 3R a été invité à intégrer la commission d’experts qui le réalisera. 

En quoi le CIMA se distingue-t-il dans le paysage radiologique valaisan ?

Par la disponibilité et la qualité de l’accueil que mes collaborateurs et moi-même réservons à nos patients. Nous accordons en effet une grande importance à la qualité de la relation médecin-patient. Nous montrons tous les jours que nous sommes des soignants empathiques et soucieux d’offrir le meilleur service possible. Comme tous mes confrères, je tiens à bien connaître mes patients, à savoir d’où ils viennent et ce dont ils souffrent. Je m’entretiens personnellement avec chacun d’eux car il est essentiel de pouvoir mettre un visage sur celui qui va réaliser l’examen et de pouvoir ainsi humaniser l’acte médical.   

Mais ce qui rend le CIMA unique, c’est son intégration au Réseau 3R. Nous mettons « à disposition » de nos patients et de leurs médecins prescripteurs un véritable « hub radiologique » : quand vous franchissez le seuil de notre centre, vous avez en réalité ouvert la porte à la « planète radiologique 3R » tout entière. Mon propos pourrait paraître présomptueux mais il n’en est rien. Le Réseau 3R regroupe 26 radiologues hautement spécialisés – venant tous de grands centres hospitaliers suisses et étrangers – qui échangent quotidiennement sur les cas nécessitant un 2e avis ou des compétences très spécifiques. Chacun de ces radiologues dispose par ailleurs de son propre réseau d’experts auquel il se réfère lorsqu’il le juge nécessaire. C’est extraordinaire : vous êtes à Martigny et avez accès au meilleur de la radiologie en Suisse et à l’étranger !

×