Mammographe numérique

Comment fonctionne un appareil de mammographie ?

La technologie utilisée est la même que celle de la radiographie. Elle consiste à faire traverser vos seins par des rayons X de basse énergie afin d’obtenir une image en transparence. Sur l’image ainsi créée, il est possible de voir la structure de vos seins, c’est-à-dire la densité et la répartition des différents tissus composant vos seins et les éventuelles anomalies.

Dans les centres 3R nous utilisons des mammographes numérisés de dernière génération permettant d’obtenir des images d’excellente qualité avec de faibles doses d’irradiation grâce au détecteur numérique.




Pour en savoir plus sur le mammographe microdose

 


 

La densité des seins?

Aussi appelée densité mammaire, cette densité dépend de la structure de vos seins qui sont composés de tissu glandulaire (radio-opaque, apparaît en « blanc » sur les clichés) et de tissu graisseux (radiotransparent, apparaît en « noir » sur les clichés). La proportion de ces tissus diffère d’une femme à l’autre en fonction de l’âge et du statut hormonal. Avoir des seins denses signifie donc avoir des seins peu « transparents », ce qui rend plus difficile la détection d’anomalies sur la mammographie.

Une densité de sein élevée nécessite donc une surveillance plus régulière et un examen plus approfondi, comme la réalisation systématique d’une échographie en complément de la mammographie, ce qui permet d’être plus fiable et précis dans le diagnostic.

Un examen complémentaire ?

Parfois, un examen complémentaire est requis afin d’obtenir un diagnostic sénologique complet.

  • Une ponction / biopsie

Il s’agit d’un prélèvement avec une aiguille au travers de la peau (ponction percutanée). Il est réalisé principalement sous guidage échographique, ce qui permet d’atteindre l’anomalie très précisément. Il existe différentes sortes de ponctions.

La ponction la plus commune consiste à vider un kyste douloureux avec une aiguille fine (sans nécessité d’une anesthésie). Pour les anomalies plus complexes, une aiguille un peu plus grosse (avec anesthésie) est utilisée, ce qui permet d’obtenir un échantillon de tissu mammaire qui sera ensuite envoyé au laboratoire de pathologie pour une analyse au microscope afin de s’assurer de la bénignité ou non de l’anomalie (histologie).

  • Un examen IRM

Dans certains cas spécifiques, il est nécessaire de pratiquer une imagerie par résonance magnétique (IRM) des seins. Cette technologie, non irradiante, permet d’affiner le diagnostic entre lésion bénigne et maligne. Pour les femmes à haut risque de cancer du sein, l’IRM est recommandée comme examen de première intention.

×